• Retour à l'accueil'
  • Actualité
  • CRPF de Bourgogne
  • Réunions forestières
  • Documentation
  • Annuaire forestier
  • Annonces foncières
  • Contact

Les principaux types de peuplements en Bourgogne

LES  FUTAIES RÉGULIÈRES

Dans les futaies régulières, tous les arbres ont sensiblement les mêmes caractéristiques (âge, diamètre, essence...). Les arbres sont en principe issus de graines, bien que des futaies sur souche puissent exister et donner parfois des produits acceptables.

Ces peuplements, feuillus, résineux ou mixtes, occupent des surfaces relativement étendues, souvent par parcelles entières.


On distingue six stades dans la futaie régulière :

  • le semis (hauteur inférieure à 50 cm),
  • le gaulis (diamètre à 1,30 m inférieur à 10 cm),
  • le perchis (diamètre à 1,30 m entre 10 et 20 cm),
  • les petits bois(diamètre à 1,30 m entre 20 et 30 cm) appelés aussi haut perchis,
  • les bois moyens (diamètre à 1,30 m entre 30 et 45 cm) appelés aussi jeune futaie
  • les gros bois (diamètre à 1,30 m supérieur à à 50 cm pour les feuillus et 45 cm pour les résineux) appelés aussi futaie adulte

Lorsque les arbres sont mûrs, on régénère toute la parcelle en même temps, soit naturellement soit par plantation. On provoque la régénération naturelle en pratiquant des éclaircies successives rapides. Les plantations en plein sont des futaies régulières (sauf cas particulier d'irrégularisations liées à des accidents ou à un itinéraire sylvicole spécifique).


LES TAILLIS SIMPLE ET TAILLIS FURETÉ

Le peuplement est constitué de rejets et drageons produits par les souches après coupe rase de l'ensemble du peuplement (en taillis fureté on laissait dans la cépée les petites tiges non commercialisables).

Ces peuplements de taillis ne sont obtenus qu'avec des essences feuillues rejetant vigoureusement de souche : chêne, charme, châtaignier, bouleaux, trembles, etc. le hêtre rejette mal de souche et disparaît peu à peu des peuplements traités en taillis simple, ce qui explique sa régression dans le Morvan au cours des siècles passés. A l'origine, ce régime producteur d'une grande quantité de petits bois dans un délai court permettait de subvenir aux besoins en bois des usages ruraux.


LES TAILLIS AVEC RÉSERVES (ANCIENS TAILLIS-SOUS-FUTAIE)

Les taillis avec réserves, provenant généralement du traitement classique en taillis-sous-futaie (TSF) sont composés de taillis, issu de rejets ou de drageons, et d'arbres de futaie, souvent issus de rejets affranchis, appelés réserves.
Ces peuplements occupent aujourd'hui une place très importante en Bourgogne (390 000 ha en forêt privée) ; ils sont très variés en capital et structure.

Dans le taillis-sous-futaie classique, le taillis était périodiquement coupé à blanc en réservant les perches d'essences nobles du même âge (appelés baliveaux). La mise en lumière brutale provoquée par cette coupe rase devait en théorie permettre l'apparition et le développement de semis d'essences nobles destinés à produire les baliveaux de la rotation suivante. La futaie comportait des réserves variables, issues des recrutements successifs des baliveaux, réserves d'âge multiple de celui du taillis : les baliveaux, les modernes (réserves ayant l'âge de deux rotations), les anciens (réserves ayant l'âge de trois rotations) et les bisanciens (réserves ayant l'âge de quatre rotations). Comportant des arbres de tous âges et de toutes dimensions, cette futaie a donc une structure irrégulière. Les prélèvements assez forts ne laissaient souvent subsister qu'un capital réduit s'appauvrissant au fur et à mesure des coupes et du balivage déficitaire.

Aujourd'hui, les taillis-sous-futaie classiques bien équilibrés en classes d'âges n'existent pratiquement plus en Bourgogne, ils ont évolué en peuplements appelés taillis avec réserves, de composition très variable selon les interventions pratiquées.

Les orientations de gestion durable de la forêt privée bourguignonne SCHÉMA RÉGIONAL DE GESTION SYLVICOLE (SRGS).

Dans le taillis, les interventions sont diverses :

  • des coupes rases sont encore réalisées, à des rotations qui tendent à s'allonger.
  • Parfois aucune coupe n'y est plus pratiquée, sauf par petites trouées correspondant aux places d'abattage des réserves lors des coupes d'extraction, ce qui entraîne un vieillissement naturel, avec un fort recouvrement.
  • dans les meilleurs cas, on y réalise des éclaircies légères à rotation assez courte, avec détourage des essences nobles. Ces interventions confèrent progressivement une structure irrégulière à ce taillis. Dans la réserve, l'évolution dépend des coupes pratiquées dans la futaie et le taillis.


EVOLUTION DE LA STRUCTURE DE LA FUTAIE :

Régularisation : en l'absence de recrutement de perches d'essences nobles, la réserve grossit progressivement, et à la faveur des coupes prélevant les plus gros bois, tend à s'homogénéiser autour d'une classe de diamètre qui devient dominante.

Vieillissement : le stade d'après régularisation, toujours sans recrutement de jeunes bois, fait vieillir progressivement la réserve avec déplacement de la classe de diamètre dominante vers les gros bois. maintien de la structure irrégulière : lorsque le peuplement originel comportait une forte proportion de perches et de petits bois, des interventions d'amélioration légères ont pu préserver la structure irrégulière de départ dans laquelle la réserve renferme des bois d'une large gamme de dimensions. Dans certains cas (station très favorable à la régénération ou interventions ayant permis un apport suffisant de lumière au sol), une régénération diffuse et continue d'essences nobles peut se produire, et des perches peuvent naturellement parvenir dans l'étage dominant. Le passage progressif de ces perches à la futaie contribue à son rajeunissement et au maintien d'une structure irrégulière.

Les taillis avec réserves composent aujourd'hui une très large gamme de peuplements, pauvres ou riches, ouverts ou fermés, à une seule strate ou étagés, régularisés ou irréguliers. Le choix des interventions à y pratiquer s'appuie sur l'analyse de ces paramètres. Les typologies de peuplements sont destinées à faciliter cette analyse et le choix des traitements.


LA FUTAIE IRRÉGULIÈRE ET LA FUTAIE JARDINÉE

La futaie irrégulière, feuillue, résineuse ou mixte, fait cohabiter sur une même parcelle des arbres de tous âges, de toutes dimensions et de diverses essences. Elle suppose une régénération continue afi n que les sujets mûrs exploités soient remplacés. Deux notions sont importantes dans ces peuplements : l'étagement et le dosage de la lumière.

Une forme particulière de la futaie irrégulière est la futaie jardinée. Il s'agit d'une futaie irrégulière où toutes les classes de diamètre sont présentes, en mélange pied à pied, et répondant à des normes reconnues.

Les travaux de l'IFN ne permettent pas aujourd'hui de connaître l'importance des futaies irrégulières en Bourgogne.


LA PLANTATION À ESPACEMENT DÉFINITIF (PEUPLIER, NOYER, ETC.)

Ce sont des futaies régulières d'arbres plantés à espacement défi nitif. Il n'est pas nécessaire d'éclaircir avant la récolte. Les essences les plus fréquentes pour ce type de plantation sont le peuplier et le noyer. D'autres essences diverses peuvent être plantées à espacement défi nitif en vue de produire du bois ; il existe aussi des plantations à double fin : production de bois et de fruits, de truffes, etc.





Type de peuplements forestiers