• Retour à l'accueil'
  • Actualité
  • CRPF de Bourgogne
  • Réunions forestières
  • Documentation
  • Annuaire forestier
  • Annonces foncières
  • Contact

Les principaux ennemis
des arbres et de la forêt

Sur les pins, on observe une progression vers le Nord de la chenille processionnaire. Les scolytes peuvent être causes de mortalité sur les peuplements stressés.

Sur les douglas, les hylobes sont localement cause de mortalités dans les jeunes plantations. On a observé des dépérissements disséminés ou en bouquets dans certains peuplements rescapés de la tempête de 1999. Ces arbres affaiblis ont été la proie de champignons : fomes, armillaire et d'attaque d'insectes : scolytes.

Sur les épicéas, les scolytes sont toujours à craindre à basse altitude et sur sols superficiels.

Les peupliers sont l'objet d'attaques parasitaires entraînant des pertes de croissance, des dépérissements, voire des mortalités importantes.

Ces dernières années, la rouille sur Beaupré et le puceron lanigère sur I 214, ont provoqué de graves dommages.

La mutation ou l'apparition de nouveaux parasites  incitent à réviser périodiquement la résistance des cultivars aux attaques parasitaires.

Les hêtres sont sensibles au gel printanier, à la sécheresse et à la canicule estivale. Le stress physiologique qui affaiblit les arbres peut entraîner de graves infestations d'insectes et champignons parasites.

Sur les chênes, les défoliateurs précoces (tordeuse verte et géométride) sont responsables d'attaques ponctuelles. Sur peuplement sain, ils provoquent des descentes de cimes, sur peuplements stressés, les attaques peuvent provoquer dépérissements et mortalité, notamment après sécheresse (1947, 1976, 2003).

Frêne, la chalarose : Le champignon à l’origine de cette maladie provoque un flétrissement des feuilles au printemps et une mortalité des semis, des jeunes rameaux et des petites branches. Souvent, des gourmands se développent à la base des rameaux atteints. Sur sujet adulte l’arbre peut prendre l’apparence d’une descente de cime pouvant aller jusqu'à la mort de l’arbre.

Les châtaigniers, les principaux agents pathogènes : le chancre et l’encre. Le chancre provoque des boursouflures, rouge-orangâtre sur la tige et le dessèchement des parties au dessus du chancre. Des rejets vigoureux se développent à la base des ces nécroses. L’encre : Présent dans le sol, il est la l’origine de destruction du système racinaire. Des nécroses de l’écorce et une coloration orangé en flamme du bois au niveau du collet peuvent être constatés. Ces maladies peuvent toutes les deux provoquer la mort de l’arbre.

Les fruitiers ont eux aussi leur cortège de parasites (pucerons sur merisier et alisier).





Fomes sur Douglas


Rouille sur Peuplier


Attaque de défoliateurs