• Retour à l'accueil'
  • Actualité
  • CRPF de Bourgogne
  • Réunions forestières
  • Documentation
  • Annuaire forestier
  • Annonces foncières
  • Contact

Conservation des milieux

Une législation abondante nous renseigne sur le statut de protection d’un certain nombre de milieux considérés comme à protéger en Bourgogne

Les arrêtés de protection de biotopes et les Zones Spéciales de Conservation Natura 2000 spécifient les milieux remarquables objet du classement et les territoires sur lesquels s'appliquent les mesures de gestion correspondant à leurs objectifs.

A partir des catalogues des stations forestières et des cahiers d'habitats, et après avoir pris l'avis de ses partenaires engagés dans l'écocertification régionale, le CRPF a identifié les écosystèmes et milieux associés considérés comme remarquables en Bourgogne : milieux menacés de disparition, en limite de leur aire de répartition, abritant des espèces rares, protégées ou menacées. 

LES ECOSYSTEMES FORESTIERS REMARQUABLES DE BOURGOGNE

Erablaies à scolopendre et tiliaies sèches des forêts de pentes et éboulis :

  • l'érablaie à scolopendre et lunaire des pentes à éboulis grossiers, installée sur pentes fortes à exposition nord, ou en situation de confinement, abrite des espèces montagnardes rares en Bourgogne,
  • les tiliaies sèches de Bourgogne, du Jura et des Alpes colonisent les hauts de pente, souvent sur des éboulis grossiers sous falaise ;

Saulaies, frênaies, aulnaies des forêts des cours d'eau :

  • les saulaies arborescentes à peuplier noir qui se raréfient en bordure de Saône et de Loire ,
  • les frênaies-ormaies et frênaie-érablaies, peu étendues, ont souvent été détruites ou fortement perturbées,
  • les aulnaies-frênaies, aulnaies à hautes herbes, aulnaies marécageuses ont une certaine valeur paysagère, une grande diversité floristique et abritent des espèces protégées comme la prêle des bois ou l'osmonde royale,
  • la chênaie-frênaie-ormaie, forêt inondable des grands fleuves a fortement régressé en plaine de Saône ;

Chênaies pédonculées calcicoles continentales et chênaies pubescentes :

  • les chênaies pédonculées calcicoles continentales, riches en espèces herbacées et en espèces protégées (nivéole, sabot de vénus, gagée jaune...) se sont raréfiées du fait des déboisements anciens,
  • les chênaies pubescentes sont des milieux remarquables du fait de leur rareté, de leur richesse floristique et de leur caractère méditerranéen ;

Hêtraies calcicoles sèches :

  • les hêtraies à tilleul situées en ubac ou en fond de reculées hébergent des espèces rares (renoncules à feuilles de platane) ou en limite de leur aire (dentaire pennée...),
  • les chênaies-hêtraies collinéenne à seslérie bleue et grémil pourpre occupent des rendzines et renferment des espèces protégées (laser trilobum), leur surface est réduite,
  • les hêtraies-chênaies collinéennes à laîche blanche sont peu répandues en Bourgogne, elles abritent des espèces rares (Epipactis microphyla...),
  • les hêtraies à seslérie bleue se développent sur sols secs, avec des cortèges floristiques originaux ;