• Retour à l'accueil'
  • Actualité
  • CRPF de Bourgogne
  • Réunions forestières
  • Documentation
  • Annuaire forestier
  • Annonces foncières
  • Contact

La sylviculture

La sylviculture requiert la connaissance des lois naturelles qui régissent la vie de l'arbre dans son milieu, des fonctions économiques, écologiques et sociales de la forêt, de la production durable de biens et services que peut procurer une forêt dans son milieu, des itinéraires pratiques pour parvenir aux objectifs de productions fixés par le sylviculteur.

Et bien sûr des lois humaines qui régissent sa propre activité.

Le sylviculteur choisit ses objectifs et ses itinéraires

Les objectifs sylvicoles peuvent être multiples et pondérés en fonction des potentialités de la forêt et du milieu, et des objectifs et contraintes propres au sylviculteur.

La production de bois de qualité est l'objectif le plus fréquent du sylviculteur. La plupart des itinéraires sylvicoles ont été élaborés et promus pour optimiser la production de bois en quantité comme en qualité.

Le sylviculteur peut avoir pour objectif principal ou accessoire la production de biens autres que le bois : gibier pour la chasse, champignons, truffes, mousses, fleurs, fruits, branches, ou encore la protection des sols et de l'eau, le maintien ou la restauration de la biodiversité, la préservation des paysages, l'accueil du public, des services et activités de loisirs,...

Les itinéraires sylvicoles sont toujours une alternance de coupes et de travaux.

La coupe est soit une récolte des arbres arrivés à une maturité correspondant à l'objectif fixé en quantité et qualité, soit une coupe d'éclaircie utile à l'amélioration du peuplement, soit une coupe destinée à régénérer le peuplement par la production de semis. Ces trois objectifs de coupe peuvent parfois se combiner entre eux.

Les travaux de régénération ont pour finalité le renouvellement des arbres par ensemencement naturel ou par plantation, les travaux de taille et d'élagage améliorent la forme et la qualité des arbres.

Des coupes et travaux peuvent être totalement ou partiellement dédiés à la préservation ou restauration écologique ou l'amélioration paysagère.

La culture de l'arbre se réfléchit et se pratique sur des cycles vitaux très longs. La gestion durable d'une forêt demande donc un minimum d'organisation et de programmation généralement inscrites dans un plan simple de gestion pour la forêt privée et d'aménagement pour la forêt publique ; ils définissent les objectifs, programment les itinéraires sylvicoles propres à parvenir aux objectifs sur une période de 10 à 20 ans.